Infertilité, PMA et don d’ovocyte


ok, je me jette à l’eau, ce soir je vous parle d’un sujet qui me tient a cœur. Cet article, ça fait un bon moment que j’y pense, que j’hésite, que je le remet à plus tard…Et puis voilà, c’est tellement important, je vais vous parler d’une étape de ma vie qui est hyper importante pour moi, qui a en grande partie participé à ce que je suis aujourd’hui.

Vous l’avez compris dans le titre, je vais vous parler conception de nos chères petites têtes blondes (ou brunes lol).

Pour la plus part d’entre nous (nous, les femmes), la conception de bébé, c’est tout simplement un moment de plaisir au bon moment du cycle, une graine qui pousse, un test de grossesse positif, et 9 mois plus tard bébé est là.

Mais pour d’autres, beaucoup d’autres femmes, c’est plus compliqué.
Il y a celles pour qui la graine ne prend pas, qui vont passer des mois à espérer, mais ça ne viens toujours pas. Elles vont traverser plein d’étapes, beaucoup d’examen, de la prise de température tous les matins, à l’étude de la glaire, aux prises de sang, hystérosalpingographie, échographies… je vous épargne le reste… pour en arriver un jour à s’entendre dire que leur seule chance d’avoir ce bébé est d’avoir recours au don d’ovocyte.
Il y a bien sur beaucoup d’autres cas d’infertilité et de solutions, mais c’est du don d’ovocyte que je veux parler ce soir.

Dès ma 1ère grossesse, je me souviens d’avoir vu l’affiche qui parlait du don d’ovocyte dans la salle d’attente du service gynécologie de l’hôpital Louis Giorgi d’Orange. Oui mes grandes sont nées dans le Vaucluse! Ça m’a de suite semblé évident, je ferais un jour un don, puisque déjà je donnais mon sang. J’étais bien loin à l’époque des soucis d’infertilité, je passait clairement une grossesse de rêve, mais dans mon entourage assez proche il y avait une petite fille qui a subit des traitements très lourds et risque d’être stérile. J’étais déjà sensibilisée à l’infertilité, j’ai rangé cette idée de don d’ovocyte dans un coin de ma tête et j’ai continué ma vie…

Pour ceux et celles qui connaissent le sujet, vous savez que le don d’ovocyte est hyper réglementé. Il est anonyme, il est fortement recommandé de ne pas en parler à n’importe qui, le cecos ne met jamais en contact les donneuses et les receveuses, d’ailleurs le dossier de la donneuse ne contient pas son nom, juste un code.

Bref, tout ça pour dire:
– oui, j’ai fait un don d’ovocyte, et je dois avouer que j’en suis très fière.
– non, je ne dirais certainement pas quand, ni dans quel cecos (j’ai pas mal bougé ça multiplie les pistes lol)
– par contre, je vais vous en parler, parce que c’est important ce savoir comment ça fonctionne, parce que si chaque femme faisait un don dans sa vie, il y a beaucoup de couples qui deviendraient des familles

Le souvenir de cette affiche m’est revenu après avoir rencontré la copine d’une copine, qui ne pouvait pas avoir d’enfant à cause de sa prémenopause, et commençait un parcours long et pénible en cecos, pour bénéficier d’un don d’ovocyte.
J’ai à ce moment là pris mon 1er rendez vous avec le cecos le plus proche… A savoir qu’il n’y en pas tant que ça, et la distance peut compliquer le parcours. Mais tout est pris en charge: le don est anonyme et non rémunéré en France, mais il est aussi pris en charge à 100% par l’assurance maladie et le cecos vous rembourse tous les faux frais (essence, autoroute, parking…)

J’en profite pour vous donner la liste des cecos.

Pour valider le dossier, il y a 4 rendez vous:

  • généticien: rendez vous très complet, on retrace tout notre arbre génétique, plein de questions très précises, recherche de certaines maladies qui empêcheraient le don… Il y a aussi une prise de sang associé à ce rendez vos, où on vous recherche tout un tas de trucs (pas de nouvelles, bonne nouvelle!)
  • psychologue: c’est simple, il faut être clair avec soit même. Le don est sans compensation, sans retour, vous ne saurez jamais combien de femmes ont reçu vos ovocytes, ni si il y a eu grossesse. Perso, quand je donne mon sang, je ne cherche pas à savoir qui a reçu mon sang. Mes ovocytes, certes contiennent mes gènes, mais sont surtout perdus tous les mois. donc ne m’appartiennent pas vraiment. Je donne simplement ce qui ne sert pasen espérant qu’ils soient plus utiles ailleurs.
  • gynécologue: frottis et compagnie, tout y passe! prise de sang et/ou échos pour vérifier le bon fonctionnement des ovaires, afin de ne pas stimuler inutilement. il ou elle vous explique précisément le déroulement du don
  • entretien avec un anesthésiste comme avant toute intervention

Tous ces rendez vous se passent sur 1 ou 2 jours, en fonction de la distance du cecos de votre domicile. En général ils font en sorte que vous ayez à vous déplacer le moins possible. Et puis ensuite il y a une commission (pas sûre que ça ait lieu dans tous les cecos à ma connaissance).

Le protocole est assez contraignant. Allez un indice quand même sur ma situation à ce moment là: j’avais un plein temps. ok, c’est nul comme indice! En gros, je vous la fait courte, de mémoire:

  • J1: prise de sang pour bilan hormonal le matin + piqure de stimulation le soir
  • j2 à j4: stim le soir
  • J5: prise de sang et écho de contrôle le matin + stim le soir + éventuellement piqure qui empêche d’ovuler trop tôt
  • J6: stim le soir
  • J7 et ensuite: idem J5 et J6, jusqu’à ce qu’il y ait au moins 4 ovocytes qui fassent plus de 16 mm.
  • 36h avant le ponction: arrêt de la stim, piqure de déclenchement

Au fur et à mesure, les échos et prises de sang sont transmises au cecos si ce n’est pas ces examens ne sont pas fait au sein du cecos. Le médecin nous rappelle pour adapter les doses de traitement.

Sincèrement, pendant tous ces rendez vous et jusqu’à la fin, vous êtes traitées comme une reine. Vous êtes une sauveuse de familles, tout le monde est au petit soin pour vous, on vous mâche le travail pour que tout soit facilité

Les piqures?

Trop facile. si si vraiment. si des mamans qui ont fait des stimulation me lisent (la stimulation de don est la même que celle de fiv), elle vous confirmeront (j’espère!): le stylo de puregon ou de gonal, l’aiguille est minuscule, on pique dans le grand du ventre, ça rentre tout seul (perso je pique autour du nombril, dans les 5-6 cm de chaque coté)
Celles d’ovitrelle et je-sais-plus-son-nom font un peu mal, mais rien d’insuportable non plus, vraiment.

La ponction.

vous arrivez incognito, pas de dossier à l’accueil puisque personne ne vous connait! gain de temps de fou.  Oui, tu donnes tes ovocytes, t’es VIP 🙂
certains cecos font des anesthésies générales, d’autres juste une sédation.
Ça se passe en ambulatoire, et il est conseillé d’être accompagnée à la sortie.
Spasfon et doliprane et bi-profenid si nécessaire, + piqure de je ne sais plus quoi pour mettre les ovaires plus rapidement au repos pendant 2 à 5 jours.

Douleurs?

Pour la plus part des femmes, non, pas plus que des douleurs de règles.
Moi je suis différente lol, le don n’est pas compatible avec l’endométriose, c’est plus tard que j’ai fait le lien…J’ai beaucoup souffert le soir et le lendemain, le surlendemain était acceptable, les 4 jours suivants mon ventre était encore lourd et douloureux et très présent, puis plus rien. Bof quoi. Pour être honnête, j’avais envisagé de refaire un don, mais après cette expérience, j’ai repoussé, puis abandonné.

Quelques infos à savoir sur le don d’ovocyte:

  • il y a une limite d’âge: 37 ans (c’est à dire que l’année des 36 ans on peut encore faire le don, mais à 37 c’est trop trad)
  • on peut maintenant donner même si on n’a pas d’enfants (et ça c’est cool, ça augment le nombre potentiel de donneuses)
  • Il faut l’accord du conjoint si il y en a 1 (chose que je trouve inadmissible, chaque femme doit pouvoir faire ce qu’elle veux de sont corps, le conjoint n’est pas maitre des ovocytes de madame)
  • Dan certains cecos, il est possible de parrainer une personne. Je ne sais pas si une donneuse peut parrainer un homme en attente de don de sperme, ou si un donneur peut parrainer une femme… bref, le parrainage permet de faire avancer le couple dans la liste d’attente, et c’est énorme de gagner quelques places. Évidement, la marraine ne donne pas ses ovocytes à la filleule, elle lui donne juste la possibilité d’avancer un peu plus vite.
  • Vous n’aurez pas de perte de salaire, votre employeur doit vous libérer sans que vous n’ayez à poser des congés. C’est la loi qui le dit. Bien evidement dans certains postes c’est un peu plus compliqué, et quand comme moi on séduise d’en parler à son employeur, ca se complique un peu.

Voilà mon article est brut, comme il est venu, sans reprise. Avec mon cœur. Très peu de monde ont eu connaissance de ce don. Parce que quand je donne mon sang je n’informe pas tous mes proches ni mes amis, donc mes ovocytes, idem. Et puis l’anonymat me tenait a cœur, imaginez que truc qui connais machin sache que la femme de untel reçoive son don le jour ou moi je donne? non pas envisageable!
Par contre, je demande à ceux qui lisent cet article et qui savent, de ne rien dire et respecter mon secret. Je tiens à ce que personne ne sache quand et où.
Avec un peu de recul j’ai pris conscience que peu de femmes font ce geste, trop peu de femmes.
Je le redis, si chacune faisait un don, il n’y aurait plus des années d’attente pour les couples en souffrance. Certains se retrouvent a aller payer en Espagne ou Belgique pour recevoir des ovovytes certes payants, mais surtout très rapides. C’est bien dommage…

Je suis ouverte à toute question. N’hésitez pas, ici ou en privé sur l’adresse mail de l’asso (bootliirbi@gmail.com)